Depuis quelques années, le nombre de personnes qui vivent seules en Île-de-France a explosé. Entre individualisme et profusion relationnelle, ce phénomène est perçu très différemment. C’est le poète grec Théocrite qui assure que « l’homme aura toujours besoin de l’homme ». L’humain a toujours eu besoin de vivre en collectivité, à toutes les époques et dans toutes les cultures. Depuis une cinquantaine d’années de nombreux individus ont décidé de vivre en solitaire. Mais entre loger seul et vivre isolé, il existe un grand écart. Certaines des personnes que j’ai photographiées sont seules par choix, d’autres, après des vies communes, ont décidé de rester vivre seul. Entre confort et mal être, chacun ressent son mode de vie différemment. Je les ai photographiés dans leurs environnements, leur espace intime, leur domaine de liberté, hors du temps. Un univers qui leur appartient où cohabitent fantômes du passé et fantasmes du futur.
Back to Top